Un Dieu jaloux



Le point le plus important de toute la Torah est bien entendu la première Parole par laquelle Dieu S’affirme non seulement comme le Dieu de la création mais comme « notre » Dieu en s’appuyant sur son intervention nécessaire et suffisante pour sortir son peuple d’une « maison d’esclavage ».
Or, quel homme peut mettre en esclavage son frère sinon celui qui ne croit pas en un Dieu unique ? En ceci donc, Hachem commente en déclarant : « Tu n’auras pas d’autre Dieu que Moi ».

Nous arrivons donc à la deuxième Parole qui explique la première et met en garde l’humanité contre la cause première de l’esclavage : l’idolâtrie.
L’idolâtrie n’est pas une question de statuettes mais le fait de prendre ses rêves pour la réalité et d’adorer ses illusions afin d’en faire le fondement de l’orgueil et de l’intérêt qui dominent le monde depuis toujours à quelques exceptions près.
Cette deuxième Parole est la clef de voute expliquant pourquoi l’homme n’a jamais évolué depuis son origine. Non pas techniquement, bien sûr mais spirituellement et moralement.

Chacun veut se voir différent des autres en se parant d’une myriade de préjugés, de représentations de la réalité à son goût lui permettant de se croire unique et supérieur. Ces manifestations de l’égo se traduisent par l’adoption de systèmes de pensée, de modes de vie, de façons d’être qui vont de la fréquentation d’un lieu, bar, église, cinéma à la vénération d’une boisson, d’un produit de l’industrie humaine, d’un individu, acteur, chanteur, lutteur, sportif … En passant par la dévotion à une ‘cause’ quelle qu’elle soit, politique, artistique, économique et autres.



"Si l'on égorge des bœufs et tue [en même temps] des hommes,
si l'on immole des agneaux et assomme des chiens,
si l'on offre des oblations mais aussi du sang de pourceau,
si on brûle de l'encens mais adresse aussi des hommages aux idoles,
c'est qu'ils se délectent dans leur errements et prennent plaisir à leurs turpitudes."
Isaïe 66-3

Quatre-vingt-dix-neuf pour cent des activités humaines sont engendrées par ces évolutions dantesques ayant pour but le développement des fantasmes et des vices humains sans lesquels l’homme se croit perdu, insignifiant, déchu de sa grandeur supposée se trouver dans ces manifestations qui toutes ne sont que les effets de l’idolâtrie ainsi que la cause première de sa non-évolution, de sa dégradation lente mais inexorable.
La société humaine dans son ensemble est un agrégé de représentations illusoires, de cultes narcissiques, de traditions idolâtres desquels il est impossible de s’extirper sans se trouver déchu de son image sociale, accusé de subversion, expulsé de la cité ou emprisonné alors que la seule et unique prison est cette idolâtrie ambiante qui enveloppe la totalité des sociétés humaines depuis les peuples archaïques jusqu’à nos nations ‘post-modernes’.

Rien n’a changé depuis Abraham qui d’après les sots rabbins aurait brisé des idoles alors que les idoles véritables ne sont que les représentations illusoires et criminelles de la réalité nées dans le cœur de l’homme. L’esclavage même est le résultat direct de cette idolâtrie et on comprend alors exactement le lien direct qui uni la première Parole à la deuxième ainsi que le service grandiose et sans pareil que Dieu a rendu à l’humanité par l’intermédiaire de Moche et d’Aaron.

Malheureusement, ces Paroles sont restées lettre mortes et la décadence s’est accrue dans des proportions colossales dont on n’a pas encore vu les dernières conséquences …

Il y a une tendance générale à représenter le Dieu d’Abraham et de Moche comme un Dieu injuste et méchant mais, pour qui comprend ce que je viens d’expliquer, la jalousie de Hachem est le seul garant de notre liberté et de notre possibilité d’échapper au destin aveugle dont les hommes se sont fait les grands prêtres pour leur propre anéantissement.


(nb: la principale prière que tout juif dit au moins une fois par jour, le Chema, reprend les deux premières Paroles. Hachem est notre Dieu et Hachem est Un. Et comme je l'ai déja écrit, cette prière s'adresse à s'adresse à chacun de ses frères car il dépend de nous tous de faire que Dieu soit notre Dieu à l'exclusion de toute représentation malsaine et illusoire.)






No comments:

Post a Comment